Hygge

La cantine bio, locale et délicieuse d’Avignon

25 place des carmes, 84000, Avignon

hygge.bio

Sur l’adorable place des carmes, Jacques a créé le lieu dont il rêvait : une cantine bio mais pas barbante avec des produits délicieux de producteurs locaux.
  • Bio Biologique
  • F Flexitarien
  • TF Tupper friendly

En bref – Biologique, Flexitarien, Tupper friendly

« Hygge » (« bien être » en danois)

Place des carmes en Avignon, le marché bat son plein. Sur la terrasse ensoleillée, Jacques écosse les petits pois frais et biodynamiques qu’il servira dans ses plats du jour. Plus pratique de se mettre en terrasse pour accepter l’aide des passants qui lui proposent de bon cœur ! Avant de faire la cuisine sur une place ensoleillée du Vaucluse, Jacques a été directeur de grands restaurants et a vécu notamment sur l’île de Samsø au Danemark, une île autosuffisante en énergie. C’est de là qu’il a tiré le nom de son restaurant « Hygge » (« bien être » en danois) et tout l’engagement bio et local qu’il applique dans sa cantine. « Ma philosophie va très loin : travailler avec des producteurs du coin, 100% bio, et qui payent correctement leurs salariés. C’est toujours un paysan qui vient me livrer en mutualisant les livraisons avec les autres producteurs partenaires » explique le chef.

Les produits ici sont effectivement impeccables : frais, de saison, bio ou biodynamique. Jacques réalise une carte qui change tous les jours : « Je travaille en fonction de ce que je reçois ». Ce midi là on peut par exemple se sustenter d’un rougail-saucisse excellent agrémenté des fameux petits pois frais, mais aussi d’un cabillaud avec un bouillon de champignons aux algues nori ou d’un curry de pois chiches et légumes aux lentilles corail (un plat vegan est proposé chaque jour.)

Pour réussir à avoir des prix raisonnables (11,50€ le plat), il n’y a que deux personnes qui travaillent et un comptoir où les gens viennent commander et repartent avec leurs plateaux. Pas de gâchis non plus : « On ferme quand on n’a plus rien ou on distribue les restes aux voisins qui nous aident à fermer la terrasse. »

On trouve aussi des superbes vins naturels de petits vignerons de la région que la clientèle détendue n’hésite pas à siroter le midi. « Mon idée était de travailler avec des bons produits et monter un restaurant pour démontrer qu’un resto bio ça peut être sympa ! Quand j’allais dans les restos bio à chaque fois j’avais l’impression qu’on allait à la messe moi je suis très rock n roll, ici on est cool. » conclut Jacques.

« Quand j’allais dans les restos bio à chaque fois j’avais l’impression qu’on allait à la messe moi je suis très rock n roll. »

« On est au même prix que les autres, voire moins cher. On paye les producteurs, on ne négocie pas les prix. Cela nous oblige à faire beaucoup de couverts pour être suffisamment rentable. On a supprimé le service et on est que deux à travailler. Les copains et copines viennent nous aider ! »
Narration Zazie Tavitian - Photographie Studiowakeup
09 Août 2019

L'auberge de Meyrals

Découvrir une autre histoire