La Petite Épicerie de Saorge

Épicerie-restaurant comme à la maison

68 Rue Lieutenant Jean Revelli, 06540, Saorge

Dans le village médiéval de Saorge, une épicerie-restaurant reste ouverte toute l’année, pour le bonheur des riverains et des touristes. Reprise par Frédérique et Phil en mars 2019, l’adresse met en valeur les produits et recettes locales avec le supplément d’âme de ses néo restaurateurs-épiciers fondateurs.
  • Z Zéro-déchet
  • TF Tupper friendly

En bref – Zéro-déchet, Tupper friendly

Après une vie de bureau à la frontière Suisse, Frédérique et Phil ont écouté leurs envies d’ailleurs et réalisé leur vie rêvée de commerçants de campagne. Quelques visites de fonds de commerce en Languedoc et en Ardèche plus tard, c’est finalement à Saorge, village perché à mi-chemin entre la montagne et la mer, tout proche de Nice et de la frontière italienne, que le couple a élu domicile.

Le couple de néo restaurateurs a voulu que leur épicerie–restaurant soit ouverte toute l’année afin d’être un véritable lieu de vie pour les habitants de Saorge. Si l’activité de la boutique est relativement accessoire, il était essentiel pour ses fondateurs de proposer tout type de produits. On y trouve aussi bien des pâtes que du miel artisanal, des huiles, des pâtes d’olives et des fromages du coin, le tout avec une attention sur les contenants. Aux emballages en plastique des yaourts et jus de fruit, on préfère les pots en verre notamment. « Nous appliquons notre façon de vivre à notre épicerie-restaurant. Nous nous voyions mal acheter bio et local pour notre consommation personnelle et vendre des produits mauvais pour la santé et l’environnement à l’épicerie » explique Frédérique.

Cette ancienne RH s’est retroussée les manches pour prendre les commandes de la cuisine du restaurant, tandis que Phil assure le service et l’accueil en salle. Frédérique feuillète les livres de cuisine niçoise, s’imprègne de la culture culinaire de sa région d’accueil et mêle influences piémontaises, recettes niçoises et philosophie « slow food ». La cuisinière n’a pas peur de s’essayer à la daube, la bagna cauda ou encore la tourte saorgienne -mélange d’herbes, oignons, épinards et blettes enrobé dans une pâte très fine-. « Je cuisine quatre à cinq plats chaque jour, dont un végétarien systématiquement, comme je cuisinerais pour mes amis ». Qu’il y ait 20 couverts en hiver ou bien 80 en pleine saison, tout est frais et inspiré par ce que les maraîchers bio des alentours ont au jardin. Pour Fred & Phil, l’aventure ne fait que commencer.

« Nous appliquons notre façon de vivre à notre épicerie-restaurant. Nous nous voyions mal acheter bio et local pour notre consommation personnelle et vendre des produits mauvais pour la santé et l’environnement à l’épicerie ».

« Je cuisine quatre à cinq plats chaque jour, dont un végétarien systématiquement, comme je cuisinerais pour mes amis ».
Narration Marion Favre - Photographie Anthony Lanneretonne
26 Février 2020

Le Bouche à Oreille

Découvrir une autre histoire