Les 400 coups

51 Rue de Bercy, 75012, Paris

Locavore, Zéro-déchet

Image Ecotable

Cuisine responsable tout public

Dans ce restaurant situé au sein de la Cinémathèque française, l’équipe tente de concilier une cuisine du quotidien avec ses convictions écologiques. À la tête des 400 Coups, Elizabeth et Séverine ont opté pour un service majoritairement au comptoir, un plat chaud le midi, des planches le soir, et des brunchs familiaux en fin de semaine. Ce midi-là, sous des affiches de Buster Keaton et de Zazie dans le métro, des employés de la Cinémathèque dégustent leur keftas, semoule et légumes de saison, d’autres filent avec un sandwich, tandis qu’un petit groupe de vieilles dames du quartier joue au Scrabble en sirotant des cafés…

À propos

  • Prix moyen : 12€
Image Ecotable
Image Ecotable
« Nous servons uniquement des produits de saison et tout est cuisiné sur place. On ne fera jamais de tomates en hiver, même bio ! »

C’est l’histoire de deux jeunes mamans venues du monde du cinéma, qui ne trouvent pas de restaurants pour aller déjeuner avec leurs enfants. Séverine Haïat et Elizabeth Conter vont alors tout simplement monter le leur dans le 19ème arrondissement de Paris. Quelques années plus tard, les deux amies gagnent la concession du restaurant de la Cinémathèque française installée à Bercy et les voilà à la tête des 400 Coups. « Nous avons bouclé la boucle », raconte Elizabeth. Comment concilier alors leurs convictions écologiques avec un restaurant ouvert en continu, qui accueille une population très variée ? « On jongle beaucoup entre les contraintes de ce qui est possible dans les pratiques et de ce qui valorise l’environnement », explique-t-elle. Ici pas de gâchis : le plat du jour change tous les midis en fonction des produits reçus, le soir les clients peuvent prendre des planches accompagnées de bières bio et locales et les épluchures, elles, partent au compost. Si l’équipe utilise de la vaisselle compostable, elle use aussi d’une ruse sympathique pour encourager sa clientèle à venir avec des Tupperware, « On leur offre un chocolat quand ils ne prennent pas les couverts et les sacs à emporter », explique Elisabeth. « On essaie d’encourager les gens mais en leur laissant le libre choix », conclut-elle.

Contributeurs

  • Auteur : Zazie Tavitian / Jeanne Bourdier
  • Photos : Lisa Streich
Image Ecotable
Image Ecotable
« On jongle beaucoup entre les contraintes de ce qui est possible dans les pratiques et ce qui valorise l’environnement. »
Image Ecotable

La Résidence

Découvrir une autre histoire