La Table du RECHO

Les Cinq Toits, 51 boulevard Exelmans, 75016, Paris

Viande durable, Bio, Zéro-déchet, Contenant accepté, Pêche Durable

Image Ecotable

Quand la cuisine répare

Située dans un centre d’hébergement d’urgence en plein cœur du 16e arrondissement, la Table du RECHO est bien plus qu’un restaurant. En mêlant réfugiés et parisiens, elle est l’application d’une très belle utopie socio-culinaire : restaurer le monde en restaurant les hommes. À la Table du RECHO, le social se conjugue avec écologie, chaque produit étant sourcé avec minutie. La cuisine est essentiellement végétale, de saison, locale et bio. Au menu ce jour-là : velouté de champignons crumble de châtaigne insolents de REconfort. Suivi d’un CHaleureux dahl de lentilles flanqué de sa carotte et de son Oignon rouge rôti, yaourt coriandre. RECHO, CQFD.

Infos pratiques

À propos

  • Prix moyen : 12-16€
Image Ecotable
Image Ecotable
« La Table du RECHO propose une cuisine fusion avec des touches kurdes, syriennes et irakiennes inspirées des rencontres et de l’histoire du lieu. »

Créer un lieu ouvert, propice à la rencontre et la mixité en plein cœur du 16ème arrondissement ? Voilà le défi que relève depuis juin 2019 et avec brio La Table du RECHO ! Nichée dans la salle de bal d’une ancienne caserne de gendarmes transformée en centre d’hébergement d’urgence accueillant 350 réfugiés, l’association du RECHO, « REfuge CHaleur et Optimisme », œuvre depuis sa création à l’insertion des réfugiés par la cuisine. « L’association est née en 2016 de la volonté de 7 femmes de réparer la crise de l’accueil », confie Alix Gerbet, cofondatrice et responsable du développement du RECHO. « On voulait se servir de la cuisine comme un prétexte et comme un moyen pour faire tomber les barrières sociales ». Après avoir organisé des ateliers de cuisine dans des camps de réfugiés en 2016 et 2017, l’idée d’implanter un restaurant en plein cœur du 16ème arrondissement parisien ne faisait pas peur à cette guerrière, passée par l’atelier des Chefs et aussi allergique aux frontières que résolue à appliquer ses idéaux. « La cuisine, c’est la concentration de la mémoire. Pour ces personnes exilées, avoir la capacité de refaire leurs recettes, de retrouver leurs habitudes, il n’y a pas plus grand réconfort et plus belle preuve d’amour », conclut-elle.

Contributeurs

  • Auteur : Clémentine Boulard / Jeanne Bourdier
  • Photos : Maud Argaïbi
Image Ecotable
Image Ecotable
« Il y a des femmes du quartier qui viennent donner des cours de français, des retraités qui viennent donner des cours d’échecs… Le RECHO est à la fois la maison, le bureau et le restaurant des gens du quartier. »
Image Ecotable

FIEF

Découvrir une autre histoire