Les Eaux de Mars

135 Rue Consolat, 13001, Marseille

Locavore, Zéro-déchet, Circuit Court

Image Ecotable

Les Eaux de Mars, Bistrot engagé

Quand local rime avec voyage. Dans une petite rue anonyme, à deux pas du très touristique Palais de Longchamp, le restaurant Les eaux de Mars offre aux habitants de la Cité Phocéenne un véritable renouveau culinaire. Au menu ? Une savoureuse salade de tomates aux saveurs de Provence agrémentée d’une mayonnaise à la coriandre, d’olives Kalamata et de sumac. À suivre, de vaporeuses feuilles de lasagnes composées d’aubergines fraîches et d’un onctueux mascarpone. Une cuisine ouverte, attachée aux produits de saison. À chaque jour sa nouvelle ardoise, avec toujours une proposition végétarienne. Tout cela dans un décor chiné par monts et par vaux. Chaises d’école, bar en cuivre martelé… un lieu empreint de chaleur humaine.

À propos

  • Prix moyen : 15€
Image Ecotable
Image Ecotable
« Les chefs ont un rôle à jouer dans la transition écologique. Nous nous devons de ne pas intoxiquer nos clients avec des produits ultra-transformés ou mal sourcés. »

Les eaux de Mars, ou l’histoire d’un duo qui entend bien révolutionner la gastronomie locale. Noémie Lebocey et Arthur Faure se lancent dans l’aventure en octobre 2019. Après un CAP Cuisine, Noémie s’intéresse aux divers corps de métier du monde de la restauration. Arthur, quant à lui, était trufficulteur aux côtés de son grand-père. Un duo au parcours différent mais ô combien complémentaire, avec pour objectif commun la mise en valeur du produit. Dans leur joli bistrot marseillais, la cuisine ouverte sur la salle dévoile le travail soigné de la jeune cheffe. « Les chefs ont un rôle à jouer dans la transition écologique. Nous nous devons de ne pas intoxiquer nos clients avec des produits ultra-transformés ou mal sourcés », explique-t-elle. Ainsi, les légumes utilisés aux Eaux de Mars sont cultivés près d’Aix-en-Provence par Emmanuel Gutierrez-Amberto, dit « Le Paysan Moderne ». Le poisson est local, pêché à la ligne quand cela est possible et sélectionné uniquement si son espèce n’est pas menacée. Les produits d’épicerie, quant à eux, sont livrés régulièrement en vrac par une coopérative bio de la région. En salle, les quilles proposées par Arthur Faure sont toutes bio, en biodynamie ou nature. À siroter le soir, lorsque le menu laisse place à de petits plats à picorer entre ami.e.s.

Contributeurs

  • Auteur : Jill Cousin / Lokman Kantar / Jeanne Bourdier
  • Photos : Rija Rasoamanana
Image Ecotable
« Je n’aurais pas ouvert un restaurant si je n’avais pas pu aller jusqu’au bout de mes engagements. »
Image Ecotable

Dans le Noir ?

Découvrir une autre histoire